Go directly to content

Promouvoir la transparence et les performances vérifiables : L’ASC publie son premier rapport sur les ODD

janvier 3, 2023

L’Aquaculture Stewardship Council (ASC) a publié un rapport qui examine comment une pratique responsable de l’aquaculture peut contribuer aux 17 objectifs de développement durable mondiaux (ODD) des Nations Unies. Ce document développe également une méthodologie pour quantifier la contribution réelle de l’ASC à l’atteinte de ces objectifs.

Les 17 ODD et leurs 169 objectifs connexes sont au cœur de l’Agenda 2030 pour le développement durable, qui a été adopté par l’ensemble des 193 États membres des Nations Unies en 2015, avec une échéance fixée à 2030. Ces objectifs sont pensés pour encourager les stratégies mondiales, nationales et locales de lutte contre le changement climatique et la pauvreté, réduire les inégalités, améliorer la qualité de l’éducation et de la santé et stimuler la croissance économique, tout en proposant des solutions aux changements climatiques et en œuvrant à la préservation de nos océans et de nos forêts.

 

Comment l’ASC s’aligne sur les ODD

Nos observations révèlent que, de manière générale, l’ASC couvre les objectifs secondaires de l’ensemble des 17 ODD, avec un traitement estimé satisfaisant ou très satisfaisant de plus de 80% d’entre eux.

Figure 1. Les ODD pertinents pour l’ASC et notre performance

Bien que seule une petite moitié (49%) des objectifs secondaires des ODD soit directement pertinente pour l’aquaculture mondiale, et donc pour le travail de l’ASC, nous avons décelé une synergie avec l’ensemble des 17 ODD dans notre programme et dans l’ensemble de notre travail. L’ASC accorde une attention particulière aux objectifs suivants : Faim « zéro » (2), Eau propre et assainissement (6), Consommation et production responsables (12), Vie aquatique (14), Vie terrestre (15), Paix, justice et institutions efficaces (16) et Partenariats pour la réalisation des objectifs (17). Nous avons également noté un alignement fort sur les ODD suivants : Pas de pauvreté (1), Travail décent et croissance économique (8), Inégalités réduites (10) et Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques (13).

 

« Le perfectionnement de l’aquaculture est au cœur de la mission de l’ASC. Nous pensons qu’il lui revient de jouer un rôle de premier plan dans la fourniture de denrées alimentaires et d’avantages sociaux au genre humain, tout en limitant sur les effets indésirables sur les environnements marin et terrestre. L’aquaculture est-elle, de manière générale, performante au regard des ODD ? Sa contribution aux progrès sociaux, environnementaux et sociétaux est-elle suffisante ? Ces points sont d’une importance capitale. Aussi, comprendre où nous nous situons par rapport aux ODD est une priorité, et nous sommes heureux de mettre cette importante étude à la disposition du public », a déclaré Chris Ninnes, PDG de l’ASC.

« Par-dessus tout, nous voulons sensibiliser les décideurs mondiaux à l’importance du rôle de l’aquaculture responsable dans notre projet collectif d’atteinte des ODD. »

Notre rapport détaillé expose, quantifie et illustre la manière dont chacun des ODD et de leurs objectifs secondaires est traité par l’ASC. En outre, il examine les points sur lesquels nous sommes bien alignés et ceux sur lesquels nous devons travailler.

Non contents d’évaluer la pertinence de la certification ASC, nous avons également passé en revue l’ensemble de nos actions, qui résultent de l’impact du programme ASC sur les communautés locales, ou par le biais de nos actions de sensibilisation sur les scènes locale, nationale et mondiale, ainsi que dans le paysage de la gouvernance internationale et sur le marché mondial.

Nous avons également procédé à une analyse des lacunes et comparé les performances de l’ASC avec celles de l’aquaculture non-certifiée, où les allégations peuvent être auto-déclarées, ne pas s’appuyer sur des données transparentes ou ne pas avoir été vérifiées par des tiers, ce qui peut éventuellement donner lieu à des pratiques d’écoblanchiment.

Qualité des données : Un élément crucial pour la transparence dans l’aquaculture

L’ONU estime que, globalement, les avancées mondiales vers la réalisation des ODD ont pris du retard au cours des dernières années. En cause, des facteurs tels que la pandémie de COVID-19 ou des évènements survenus récemment sur la scène internationale : la crise russo-ukrainienne, par exemple. Par conséquent, un contrôle strict et une remise en question de la qualité des données relatives au développement durable deviennent d’autant plus nécessaires.

Au-delà de la mise en évidence du potentiel de l’aquaculture dans la poursuite des ODD, nous avons relevé une opportunité ratée, à savoir : un manque généralisé de données de performance vérifiables au sein de la filière aquacole. L’ASC estime qu’afin de garantir une qualité optimale des données, les principaux acteurs, gouvernements, institutions financières et investisseurs exigeront de plus en plus que la performance relative aux ODD soit contrôlée par des organismes indépendants et soit transparente. Nous pensons également que la certification de l’aquaculture, en vertu de ses exigences de transparence des données, peut leur servir d’intermédiaire dans la construction d’un discours sur les ODD à la fois crédible et vérifié par des tiers, et contribuer à la réduction des risques relatifs aux chaînes d’approvisionnement.

 Une feuille de route pour préparer l’avenir

« Nous voyons ce rapport comme une feuille de route qui jalonne notre chemin vers une aquaculture écologiquement et socialement responsable, et notre but est d’en produire un chaque année afin de suivre nos propres progrès vers les objectifs de 2030 », a déclaré Bertrand Charron, responsable des études de marché chez ASC.

« Les ODD mettent en lumière quelques uns des plus grands défis que nous pose le développement durable, et qui sont communs à de nombreuses industries et régions du monde. Cependant, ce qu’il nous manque actuellement, ce sont des données actualisées et de qualité relatives aux ODD. Nous pensons que la transparence et la divulgation publique opportune du rendement des activités aquacoles joueront un rôle capital dans le traitement et l’atteinte des ODD par la filière. »

Après avoir ouvert la voie et construit le référentiel, l’ASC espère que les entreprises et les organisations commenceront à lister et quantifier objectivement leurs propres progrès accomplis vers les ODD, et qu’elles contribueront à enrichir les connaissances dans le domaine de l’aquaculture.

 

 

 

Confidental Infomation