L’élevage de saumons – ou salmoniculture – a pris son envol dans les années 80 pour répondre à une demande croissante et représente aujourd’hui la majorité de la consommation de saumons dans le monde.

Comme c’est souvent le cas lorsqu’une industrie se développe rapidement, la régulation et la mise en place de bonnes pratiques a eu du mal à suivre. En conséquence, certaines pratiques ont pu entraîner des dommages sur l’environnement et les écosystèmes avoisinants. Par exemple, lorsque les saumons s’échappent des fermes ils peuvent entrer en compétition avec les saumons sauvages migrants à proximité ou menacer l’intégrité génétique de ces populations.

Heureusement, nous ne sommes pas impuissants face à ce constat. L’élevage de saumon n’a pas nécessairement cet impact délétère sur l’environnement. Au contraire, il peut permettre de réduire la pression de pêche sur les populations de saumon sauvage et répondre à la demande de la population mondiale croissante. En revanche, il est indispensable de gérer et de réduire les impacts de la salmoniculture.

C’est pour cela que le référentiel de l’ASC sur le saumon inclut plus de 150 critères scientifiques et mesurables pour protéger l’environnement en dessous et autour des fermes, assurer la santé des populations sauvage, suivre et mesurer l’impact des différentes pratiques et communiquer en toute transparence ces informations au grand public.

Pour en savoir plus sur les impacts, les avantages et les inconvénients de la salmoniculture, nous vous proposons un extrait de la série de documentaires réalisés par le journaliste indépendant et pêcheur amateur norvégien Frank Halvorsen (en anglais). 

 

 

Le Référentiel Saumon (Salmon Standard) de l’ASC  prends en compte les aspects sociaux, environnementaux et légaux de l’élevage de saumon. Par exemple :

  • Les fermes doivent surveiller de près la qualité de l’eau et des fonds marins sur le site et aux alentours.  Plusieurs paramètres sont mesurés et doivent rester dans des limites imposées, tels que le taux d’oxygène et de phosphore.
  • Les fermes doivent veiller à la santé de leurs poissons en prévenant les flambées de maladies et en établissant un programme de gestion de la santé des poissons
  • L’utilisation de produits chimiques et d’antibiotiques est soumise à des limites strictes. Les antibiotiques jugés comme critiques pour la santé humaine par l’OMS sont interdits
  • Les fermes doivent surveiller leur impact sur la biodiversité afin de s’assurer qu’elle est maintenue. Pour cela, elles doivent coopérer avec les autres fermes des environs (même si celles-ci ne sont pas certifiées ASC) afin d’éviter que leurs impacts soient cumulés
  • Les aliments aquacoles doivent provenir de sources durables et responsables. La part de protéines d’origine marine notamment doit être limitée et provenir de pêcheries gérées durablement
  • Les salaires et les conditions de travail doivent être équitables et les salariés doivent recevoir toutes les formations appropriées en matière de santé et de sécurité
  • Au besoin, les fermes doivent consulter activement les communautés locales

 Comment sont relevés les enjeux de la salmoniculture?

×
×
Confidental Infomation