La classification des poissons est complexe et n’a aucune incidence sur un délicieux plat de mérou délicatement parfumé servi dans un restaurant ou cuisiné à la maison. Cependant, il est intéressant de noter que, dans le monde, de nombreuses espèces de poissons sont connues sous le nom général de « mérou ».

La plupart d’entre eux appartiennent aux genres Mycteroperca et Epinephelus, et comptent plus de 230 espèces au total. Les mérous sont économiquement importants pour les pêcheries artisanales et font partie des espèces les plus chères sur de nombreux marchés de poissons asiatiques, souvent vendus vivants.

Les mérous sauvages

Les mérous sont largement répandus dans les mers chaudes, tant dans les eaux profondes que dans les zones récifales peu profondes. Beaucoup sont d’un vert ou d’un brun terne, mais certains ont des motifs vifs et audacieux. Ceux qui vivent en eau profonde ont tendance à être beaucoup plus rouges que ceux qui vivent près du rivage.

Des poissons téléostéens

Ces poissons sont des téléostéens, qui se caractérisent par une mâchoire supérieure mobile qui fait saillie lorsque leur grande bouche est ouverte. Les téléostéens ont aussi des queues symétriques.

Les mérous ne sont pas des nageurs de vitesse ou de distance, mais ils peuvent atteindre une taille impressionnante. Leur taille et leur poids varient selon les espèces, mais ils peuvent faire plus d’un mètre de long. Le plus grand est le mérou goliath de l’Atlantique (Epinephelus itajara), qui peut atteindre 2,5 mètres de long et peser jusqu’à 450 kg !

La plupart des mérous sont des poissons solitaires, qui parcourent les récifs et les hauts-fonds à la recherche de leurs proies.

Credits: Unsplash

Des branchies puissantes

Leur bouche et leurs branchies forment un puissant aspirateur qui leur permet d’aspirer les poissons, les pieuvres et les crustacés, qui sont avalés tout rond. De lourdes et larges dents plates dans leur pharynx les aident à décomposer leur nourriture. Ils utilisent également leur bouche pour creuser des abris dans le sable et sous les rochers.

Diverses méthodes de capture sont utilisées pour attraper les mérous, notamment la ligne à main, les filets et les chaluts. Dans les zones de récifs coralliens, où il peut être difficile de capturer des mérous à l’aide de filets conventionnels, des méthodes de pêche illégales sont parfois utilisées, notamment des explosifs et des poisons, malgré les efforts des autorités pour mettre fin à cette pratique.

En conséquence, plusieurs espèces de mérous ont été classées comme quasi menacées ou en voie d’extinction. Le développement de techniques d’élevage du mérou est donc le bienvenu, afin de répondre à la demande du marché et de réduire la pression de la pêche.

 

L’élevage du mérou

Un fait peu connu concernant les mérous est qu’ils commencent leur vie adulte en tant que femelles, avant que certains des plus grands poissons ne se transforment en mâles. Dans les populations sauvages de mérous, les gros mâles ont tendance à être pêchés en premier, ce qui entraîne un déséquilibre dans le rapport des sexes et menace la reproduction de l’espèce.

Taïwan élève des juvéniles capturés à l’état sauvage depuis 1975, mais la reproduction en captivité était entravée par le manque de mâles, jusqu’à ce que des chercheurs taïwanais réussissent à mettre au point des méthodes permettant de déclencher artificiellement le changement de sexe. D’autres pays ont suivi le mouvement, et aujourd’hui, plus d’une douzaine d’espèces de mérous peuvent être cultivées en aquaculture, de l’œuf à l’assiette. La plupart des mérous sont actuellement élevés en Asie, dans des pays comme la Chine, Taïwan, l’Indonésie, la Malaisie, le Japon et le Vietnam. Les exploitations peuvent utiliser des réservoirs de recirculation d’eau sur terre, des cages à filet en mer ou des étangs côtiers.

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la demande de mérou a atteint 500 000 tonnes en 2020, fournies à parts égales par la pêche et l’aquaculture. Le développement de nouvelles techniques d’aquaculture pour produire des œufs et des juvéniles de mérou devrait permettre un développement rapide du secteur au cours de la prochaine décennie.

Les mérous font partie du référentiel ASC Poissons Marins Tropicaux, qui couvre une série d’espèces de poissons tropicaux, notamment les vivaneaux, les pompano, les barramundi et les croakers. Le programme du CSA exige que les exploitations soient évaluées de manière indépendante et qu’elles fassent preuve d’une grande transparence, en mettant tous les rapports d’audit à la disposition du public sur son site Internet.

Impacts de l’élevage du mérou

L’élevage de poissons marins tropicaux, y compris le mérou, a été associé à un certain nombre d’impacts environnementaux, tels que l’utilisation de poisson sauvage dans l’aliment, les impacts négatifs sur la biodiversité, le transfert de maladies et de parasites, et la pollution affectant la qualité de l’eau et des fonds marins.

Les éleveurs de poissons marins tropicaux certifiés ASC doivent travailler dur pour améliorer les pratiques de leur secteur, collaborer avec leur communauté locale et respecter leurs travailleurs et l’environnement.

Credits: David Clode

Qualité de l’eau

Les exploitations piscicoles marines tropicales certifiées ASC sont tenues de tester régulièrement la qualité de l’eau, afin de s’assurer que les niveaux d’oxygène, de température, d’acidité et d’autres paramètres restent dans les limites fixées.

Biodiversité

Les exploitations piscicoles marines tropicales certifiées ASC minimisent les impacts sur l’écosystème local de plusieurs manières, comme le développement et la mise en œuvre d’une évaluation d’impact axée sur la biodiversité, en veillant à ce que les exploitations ne soient pas situées dans ou à proximité d’habitats critiques. Les fermes certifiées ne peuvent pas être installées dans les écosystèmes de mangrove, et les producteurs doivent tout mettre en œuvre pour minimiser les échappées de poissons.

Aliment

La certification ASC exige que toutes les fermes certifiées respectent des limites strictes qui minimisent l’utilisation de poisson sauvage comme ingrédient. Les exploitations doivent également garantir une traçabilité complète jusqu’à une source gérée de manière responsable, de préférence certifiée, tant pour les poissons sauvages que pour les ingrédients non marins, notamment le soja et l’huile de palme.

Maladies

Les exploitations piscicoles marines tropicales certifiées ASC doivent avoir mis en place un plan de gestion de la santé des poissons, afin de minimiser les épidémies et de maintenir un environnement biosécurisé. L’utilisation de médicaments avant qu’une maladie ne soit diagnostiquée (utilisation prophylactique) est interdite, et les pisciculteurs doivent gérer les exploitations de manière à garantir une faible mortalité.

Responsabilité sociale

Les exigences de certification de l’ASC sont fondées sur les principes fondamentaux de l’Organisation internationale du travail (OIT), et comprennent l’interdiction du travail des enfants et du travail forcé. Les exigences de certification de l’ASC sont fondées sur les principes fondamentaux de l’Organisation internationale du travail (OIT), et comprennent l’interdiction du travail des enfants et du travail forcé. Les agriculteurs doivent s’engager auprès des communautés locales et les informer des risques potentiels pour la santé et la sécurité ou des changements dans l’accès aux ressources.

Cuisiner le mérou

Le mérou est un poisson blanc au goût doux, avec une forte teneur en huile et de grosses écailles. Il est idéal pour être rôti, cuit au four, grillé, frit, fumé ou cuit à la vapeur. Ces poissons et leurs filets sont excellents servis simplement avec du citron, mais ils sont tout aussi délicieux dans des recettes plus élaborées. Riche en protéines et en acides gras oméga 3, le mérou est un excellent choix. De plus, en choisissant un mérou certifié par l’ASC, vous pouvez être assuré que vous aidez également l’environnement, ce qui signifie que votre repas est bon pour vous et bon pour la planète.

×
×
Confidental Infomation