Les bénéfices sociaux et environnementaux des forêts de mangroves sont de mieux en mieux compris. Elles séquestrent le carbone contenu dans l’atmosphère, préviennent l’érosion des côtes et offrent un habitat à de nombreuses espèces. Cependant les initiatives existantes pour les protéger n’ont connu pour l’instant qu’un succès limité et la dégradation des forêts de mangroves continue à un rythme inquiétant : plus d’un million d’hectares de mangrove ont été détruits au niveau mondial ces trente dernières années, dont 30 000 hectares en Amérique Centrale .

Aujourd’hui, un fond révolutionnaire pourrait permettre d’inverser cette tendance en Equateur et de mettre fin à des décennies de destruction grâce à un système novateur d’incitations économiques pour les communautés locales en échange de leur engagement pour la conservation des mangroves.

Ce fond, le Coastal Habitat Stewardship Fund, a été créé par les ONG Aquaculture Stewardship Council (ASC) et Conservation International avec l’aide du ministère équatorien de l’Environnement, de l’Eau et de la Transition Écologique. Cette initiative vient compléter les engagements de l’ASC en faveur des mangroves et des habitats sensibles dans le cadre de son programme de certification de l’aquaculture responsable.

Le programme d’incitation Socio Manglar, mis en place par le gouvernement équatorien, s’occupera de superviser le projet et de distribuer les financements aux organisations locales dédiées à la santé des mangroves. Ces associations recevront une donation chaque semestre et pourront avoir accès aux forêts de mangroves. En échange, elles devront ratifier et s’engager à respecter les Accords pour l’Usage Durable et la Protection des mangroves, définis par Socio Manglar. 37 000 hectares de mangroves sont déjà protégés par ces accords avec l’aide de 26 organisations locales et 4 000 personnes ont déjà bénéficié du programme.

Les mangroves sont menacées par de nombreuses activités humaines : utilisation comme combustible ou comme matériau de construction, déforestation pour laisser la place à des projets touristiques, d’habitation ou à des élevages de crevettes. Toutes ces activités tendent à marginaliser ceux qui dépendent des mangroves pour leur subsistance. Dans la majorité des cas, la destruction des mangroves est due à un manque d’alternative économique qui force les populations locales à accepter la destruction de leur lieu de vie. C’est à ce problème que le nouveau fond cherche à s’attaquer afin de régler le problème de la déforestation à la source. Le fond a été construit sous forme de trust et de nouvelles levées de fonds sont prévues pour permettre à Socio Manglar de maintenir leur financement sur le long terme.

Pour Chris Ninnes, CEO de l’ASC : « L’ASC est engagé depuis longtemps pour la protection des forêts de mangroves via les critères rigoureux de notre référentiel Crevettes qui empêche la déforestation des mangroves. Nous cherchons à nous assurer que l’élevage des crevettes se pratique de manière responsable, permet la conservation des habitats sensibles et soutient les communautés qui en sont dépendantes. En tant que leader des programmes de certification pour l’aquaculture, notre responsabilité s’étend au-delà du rôle des fermes et nous devons envisager ce problème dans sa globalité. Ce fond est un premier projet dans cette direction. »

Pour, Luis Suárez, Vice-Président et Directeur Général de Conservation International Equateur : « Nous sommes certains que les partenariats entre le secteur privé, les communautés locales, les autorités nationales et les organisations environnementales vont nous permettre d’améliorer l’impact de nos actions. Le Coastal Habitat Stewardship Fund est un mécanisme financier innovant qui permet à la filière de l’aquaculture d’améliorer la pérennité des programmes d’incitation à la conservation. »

Pour Nancy Serrade, responsable du programme Socio Bosque au ministère de l’Environnement : « Socio Manglar est un programme qui permet à la fois de répondre aux enjeux de conservation de la Nature et d’amélioration du niveau de vie des populations. Depuis sa création en 2014, il a permis de nombreuses avancées pour la conservation et la restauration des mangroves ainsi que le développement économique durable de communautés locales qui dépendent des mangroves pour leurs revenus. »

En effet, le Coastal Habitat Stewardship Fund est un programme basé sur l’incitation économique et dont l’objectif est autant environnemental que socio-économique. Les efforts importants réalisés partout dans le monde pour éduquer le grand public à l’importance des mangroves auront forcément un impact limité si les habitants qui vivent à proximité de ces mangroves n’ont pas assez d’alternatives pour gagner un revenu suffisant et durable n’impliquant pas la déforestation des mangroves. En échange de leur engagement concret pour respecter les Accords pour l’Usage Durable et la Protection des mangroves, les individus résidant à proximité de mangroves reçoivent un paiement annuel et un accès aux forêts. Les fonds mis à disposition par l’ASC vont permettre de développer le programme et d’assurer sa pérennité.

Racines de mangrove
Grâce à l’enchevêtrement de leurs racines, les mangroves rendent de précieux services écosystémiques. Crédit: NPR

Des recherches ont permis d’établir que les forêts de mangroves matures étaient des puits de carbone bien plus performants que les forêts restaurées, ce qui a un impact non négligeable dans la lutte contre le changement climatique. Pour s’assurer que ces zones sont conservées, le projet est prioritairement dédié aux forêts de mangroves encore intactes. Le développement du fond permettra, dans un second temps, de mettre en place des actions de restauration pour replanter les zones qui ont été touchées par la déforestation.

Le programme inclut également un volet éducatif et des ressources sur l’importance des mangroves qui seront mises à disposition des habitants et de plusieurs filières économiques, dont celle de l’élevage aquacole et de l’élevage terrestre. Les 30 fermes certifiées ASC en Equateur se sont toutes engagées à protéger l’écosystème local et les mangroves comme condition de leur certification.

L’élevage de crevettes est loin d’être le seul responsable de la perte des forêts de mangroves, mais les mauvaises pratiques contribuent à leur déforestation. Le référentiel Crevette de l’ASC s’assure que les fermes mises en place après 1999 n’ont pas contribué à la déforestation des mangroves, et, dans certains cas, il implique également la restauration de mangroves détruites avant 1999 comme condition de certification. L’ASC est le seul programme de certification pour l’aquaculture à aller au-delà de la certification pour protéger les mangroves.

Chris Ninnes : « Nous espérons que notre engagement initial et durable jouera le rôle de catalyseur et que d’autres entreprises engagées avec l’ASC nous soutiendront dans ce travail. Nous avons collectivement le devoir d’inverser le changement climatique et l’ASC est décidé à développer de nouvelles initiatives pour permettre à tous les acteurs de la filière aquacole de jouer leur rôle. C’est pour cette raison que nous développons de nombreux outils pour calculer les émissions de gaz à effet de serre afin de mieux comprendre notre impact et les actions que nous devons mettre en place pour réduire cet impact et atteindre la neutralité carbone. Le premier de ces outils sera mis en place dans le courant de l’année. »

Publié le
mardi, 20 juillet 2021
×
×
Confidental Infomation