L’élevage de bar, dorade et maigre a longtemps été associé à des impacts environnementaux. Parmi ceux-ci, on compte les évasions de poissons; l’effet sur la biodiversité, les oiseaux et les mammifères marins; l’utilisation de poissons sauvages comme ingrédient dans les aliments; l’utilisation d’antibiotiques et d’autres produits chimiques; enfin, l’impact sur la qualité de l’eau et des fonds marins. 

Note: les exploitations de bar, dorade et maigre peuvent être audités selon les référentiels ASC depuis le 18 mars 2019.

Publié le 20 septembre 2018, le référentiel ASC relatif au bar, à la dorade et au maigre correspond à toutes les espèces du genre Dicentrarcus, Sparus, Pagrus et Argyrosomus. Il s’applique dans les régions de Mer Méditerranée et du Pacifique où ces poissons sont élevés en cage, de l’écloserie aux différents stades de croissance. Les fermes certifiées respectent des exigences de transparence et d’audit de tiers partie inhérentes au programme de certification ASC. Ainsi, choisir du bar, de la dorade et du maigre certifiés ASC contribue à la préservation de l’environnement naturel et au soutien des communautés locales. 

  • Biodiversité

Les producteurs de bar, dorade et maigre certifiées ASC minimisent leurs impacts sur l’écosystème local de diverses manières. Ils réalisent notamment une étude d’impact afin de protéger les principales espèces sauvages, les habitats sensibles à proximité de la ferme et la qualité écologique des fonds marins. Les fermes ne sont pas situées dans les zones à haute valeur de conservation (HVC) et les évasions de poissons sont réduites au strict minimum. Tout action ayant des conséquences nocives sur les prédateurs et sur la faune est interdite, de même que l’utilisation de dispositifs de dissuasion acoustique submergés (DDA).

  • Alimentation 

Les producteurs doivent respecter des limites strictes pour réduire la part de protéine animale d’origine marine dans l’aliment du poisson. Tous les ingrédients de cet aliment doivent être tracés jusqu’à une source gérée de façon responsable, de préférence certifiée, qu’il s’agisse de poisson sauvage ou d’autres ingrédients. L’utilisation potentielle de toute matière première OGM et/ou transgénique dans l’alimentation doit être documentée. Dans un délai de cinq ans à partir de Septembre 2018, le référentiel prévoit que 80% de tous les ingrédients d’origine non marine (par exemple soja ou huile de palme) proviennent de sources certifiées par un membre de l’Alliance ISEAL .

  • Pollution

Divers paramètres relatifs à la qualité de l’eau (phosphore, niveaux d’oxygène dissous, etc.) sont relevés, et doivent rester dans les limites fixées.  Les rejets de cuivre dans l’eau sont également réduits au minimum et surveillés. Les déchets biologiques et non biologiques doivent être soit éliminés correctement, soit entreposés de façon appropriée, soit recyclés.

  • Maladies

Les exploitations de bar, dorade et maigre certifiés ASC sont soumises à des exigences rigoureuses afin de contrôler au mieux l’apparition d’épidémies. Un plan de gestion de la santé du poisson est élaboré sous la supervision d’un vétérinaire et mis en œuvre dans la ferme. Il détaille les étapes de gestion de la biosécurité. L’utilisation préventive d’antibiotiques est strictement interdite. L’utilisation de tout traitement thérapeutique listé comme critique pour la santé humaine par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est prohibé. Plusieurs critères d’exigence du référentiel sont en rapport avec le taux de survie des poissons. Les producteurs doivent, entre autres, démontrer l’implantation d’un plan de réduction de la mortalité spécifique à la ferme, avec des objectifs définis annuellement.

  • Consommation d’énergie – Émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) 

Le référentiel ASC relatif au bar, à la dorade et au maigre reconnait l’importance de la consommation d’énergie dans les systèmes de production alimentaire et les défis associés au changement climatique. Il comprend donc plusieurs indicateurs portant sur l’énergie et les GES. Ainsi, dans les deux ou trois ans suivant l’audit initial, les producteurs certifiés ASC doivent procéder à une étude de la consommation d’énergie, et fournir des registres d’évaluation et de déclaration annuelle des GES. Cette évaluation comprend les émissions de GES et de l’alimentation utilisée au cours du cycle de croissance précédent. 

  • Aspects sociaux

La certification ASC impose des exigences strictes sur la base des principes fondamentaux de l’Organisation Internationale du Travail (OIT). Ceux-ci incluent notamment l’interdiction du travail des enfants, ou toute forme de travail forcé. Toutes les fermes certifiées ASC offrent un environnement de travail sûr et équitable, où les employés ont un salaire décent et des heures de travail réglementées. Afin de faire face à tout impact social potentiel plus large hors site, les producteurs doivent également consulter les communautés locales régulièrement et de façon significative. Ils doivent mettre en place des politiques efficaces pour traiter ou résoudre les plaintes potentielles.

Des exigences similaires s’appliquent aux fournisseurs (écloseries) de bar, de dorade et/ou de maigre qui approvisionnent la ferme de bar, dorade et maigre certifiée ASC.

×
×
Confidental Infomation